Il y a des jours comme ça...·Questions de société

La dictature de la montre

dictature de la montre

Je ne sais pas vous mais moi, ma montre, je ne peux plus l’encadrer. Accrochée au poignet, sous la forme d’un réveil, voire même déguisée en pointeuse, elle m’agace, elle m’horripile, elle m’exaspère. Elle trotte sans cesse, défile à toute vitesse, et me réveille chaque matin sans aucune délicatesse. De plus, elle passe ma vie, à me presser et à me dicter ce que je dois faire maintenant pour être à l’heure plus tard. Insupportable. Au fond, je sais bien que ce n’est pas vraiment de sa faute puisque c’est dans sa nature. Je ne veux pas être mauvaise langue, mais permettez-moi de douter qu’un jour, nous parviendrons à nous entendre… D’ici là, je me pose les questions suivantes: Doit-on réellement chercher à maîtriser le temps pour en avoir ? Pouvons-nous nous sentir libre, heureux d’être des Hommes, une montre au poignet ?

Lire la suite « La dictature de la montre »

Publicités
Il y a des jours comme ça...·Questions de société

Consommer, c’est voter

 

toa-heftiba-128693A quelques mois des Présidentielles, les grands discours et les belles promesses ne manquent pas. Et que vous vivrez mieux si je suis élu, et que vous ne regretterez pas d’avoir voté pour moi, et que ci, et que ça. Mais franchement, les copains & copines, entre vous et moi, devons-nous toujours nous satisfaire de déposer notre voix dans une urne tous les 5 ans pour nous sentir citoyen ayant fait notre part ? Devons-nous toujours attendre que le changement vienne d’en haut ? Pour ma part, la réponse est évidente: Bien plus qu’un bulletin de vote, nous avons une arme quotidienne infaillible, un contre-pouvoir considérable, une réelle possibilité de choisir qui relèverait presque d’une responsabilité individuelle : Nous avons notre porte-feuilleLire la suite « Consommer, c’est voter »

Il y a des jours comme ça...·Questions de société

Le complexe de la Parfait’titude

complexe

Copains et copines, si l’année s’annonce végétale pour vous aussi, du fond du cœur: BRAVO. Mais d’abord, permettez-moi d’échanger avec vous quelques réflexions à ce propos, non pas pour vous décourager, (bien au contraire!) mais pour vous aider à comprendre les inévitables remarques de ceux qui ne feront pas ce choix. (Du moins pas encore ! Hihi! ). Car, pour ma part, le plus difficile dans cette démarche n’a pas été de refuser une saucisse grillée au barbecue ni les lasagnes cuisinées avec amour de ma marraine adorée, mais bel et bien d’encaisser les « taquineries » plus que moins bienveillantes de mes pairs. Alors, à moins que vous ne soyez nés dans une famille végétarienne, et entourés d’amis ayant déjà fait ce choix, vous n’y couperez pas, je vous l’assure. Lire la suite « Le complexe de la Parfait’titude »

Il y a des jours comme ça...·Questions de société

Greenwashing, t’es mort !

greenwashing

Non mais franchement, au bout d’un moment, il va falloir arrêter une bonne fois pour toutes de nous prendre pour des jambons (et vous savez ce que j’en pense, moi, du jambon !). Pas vrai, les copains & copines ? On veut bien être sympa, consommer du mieux qu’on pense, mais il ne faut pas en abuser. Alors, à ceux qui ne connaissent pas encore le greenwashing, je me propose de vous l’expliquer, afin de ne plus se laisser berner.

Lire la suite « Greenwashing, t’es mort ! »

Il y a des jours comme ça...·Questions de société

Ma garde-robe minimaliste

ljnqxfyn7am-shanna-camilleri

« Heureux celui que se contente des biens qui s’offrent à lui aujourd’hui, quels qu’ils soient, et aime ce qu’il possède; heureux celui pour qui la raison décide de la valeur de tout ce qui lui appartient. » Sénèque

Je ne sais pas vous les copains & copines, mais moi, cette année : j’ai envie de « vivre simple, et vivre léger ». Enfin, pour tout vous dire, cette idée n’est pas nouvelle, elle trotte dans ma tête depuis un bon moment. Je ressens de plus en plus le besoin d’alléger mon quotidien et de me détacher des choses. Je souhaite me débarrasser du superficiel pour privilégier ce que je considère « d’essentiel ». Enfin, j’aspire à plus de simplicité pour m’enrichir d’autre chose, et me sentir davantage libre peut être. Alors aujourd’hui, j’attaque mon dressing, symbole de société moderne, de consumérisme, et d’insouciance éthico-écologique. Lire la suite « Ma garde-robe minimaliste »

Il y a des jours comme ça...·Questions de société

Bébé en tient une bonne couche… lavable !

couches lavables

Dans la famille Du-tout-lavable, je demande la couche ! Oui, après les disques démaquillants et les serviettes hygiéniques lavables, là aussi nous avons su, non pas régresser et revenir à des méthodes de grands mères, mais plutôt évoluer en choisissant des alternatives durables. Bon, c’est vrai, je ne suis pas [encore] directement concernée par le sujet. Il n’empêche que, dans un souci des déchets, des ressources naturelles, et de la santé publique, j’en suis très intéressée. Alors, je ne vais pas me gêner, et je suis sûre d’intéresser quelques copains et copines, (très prochainement) parents ^^ Lire la suite « Bébé en tient une bonne couche… lavable ! »

Il y a des jours comme ça...·Questions de société

Tous au poil !

Que les poilues lèvent les bras !

1397464956-photo-femme-poil-orig

Depuis quelques temps, qu’on le veuille ou non les copains, les poils sont redevenus tendance. Force est de constater qu’il nous est difficile de changer notre regard là-dessus car, depuis quelques générations, la publicité, les films porno, et les magazines de mode ont eu raison de nous et plus précisément de nos poils, présentés comme les derniers signes physiques d’animalité à éradiquer d’urgence et sans nuance. Ils nous ont dictés leurs lois selon lesquelles « La féminité n’a pas de poil. Ni aux jambes, ni à la founette et encore moins aux aisselles. Une femme poilue sera donc moquée, considérée comme une femme qui ne prend pas soin d’elle, se sentira moche, honteuse et surtout indésirable. » Et depuis le temps, c’est bien rentré dans nos têtes à nous, copains et copines, si bien que nous trouvons nos poils très inesthétiques voire disgracieux. D’ailleurs, pendant que ceux du torse de nos copains trônent plus ou moins sereinement, nous sommes prêtes, nous les copines, à payer cher, à nous faire mal et à nous mettre dans des positions qui frôlent l’indignité pour les supprimer à la racine, parfois avant même,qu’ils ne sortent. Lire la suite « Tous au poil ! »