Il y a des jours comme ça..., Questions de société

Tous au poil !

Que les poilues lèvent les bras !

1397464956-photo-femme-poil-orig

Depuis quelques temps, qu’on le veuille ou non les copains, les poils sont redevenus tendance. Force est de constater qu’il nous est difficile de changer notre regard là-dessus car, depuis quelques générations, la publicité, les films porno, et les magazines de mode ont eu raison de nous et plus précisément de nos poils, présentés comme les derniers signes physiques d’animalité à éradiquer d’urgence et sans nuance. Ils nous ont dictés leurs lois selon lesquelles « La féminité n’a pas de poil. Ni aux jambes, ni à la founette et encore moins aux aisselles. Une femme poilue sera donc moquée, considérée comme une femme qui ne prend pas soin d’elle, se sentira moche, honteuse et surtout indésirable. » Et depuis le temps, c’est bien rentré dans nos têtes à nous, copains et copines, si bien que nous trouvons nos poils très inesthétiques voire disgracieux. D’ailleurs, pendant que ceux du torse de nos copains trônent plus ou moins sereinement, nous sommes prêtes, nous les copines, à payer cher, à nous faire mal et à nous mettre dans des positions qui frôlent l’indignité pour les supprimer à la racine, parfois avant même,qu’ils ne sortent.

poils-ben-hopper-660x500

Mais les poils, ça sert à quoi ?

Du calme, du calme, ne nous énervons pas tout de suite ! Essayons seulement dans un premier temps de comprendre ensemble pourquoi ces poils persistent à (re)pousser dans ces zones bien précises. A quoi peuvent-ils bien servir ? Ont-ils une raison physiologique ?

Les poils sont formés par une tige et une racine implantée profondément dans le derme. A chacun de nos poils est annexé d’une part, d’une glande sébacée dont la fonction est de sécréter du sébum pour lubrifier le poil et la peau, et d’autre part, un petit muscle lisse dont la contraction provoque le hérissement du poil.

La principale fonction physiologique des poils est donc la protection. Ils nous protègent de la chaleur en absorbant notre transpiration qu’ils évacuent en douceur sans que la peau ne se fragilise à cause du sel contenu dans la sudation. Il est complètement faux d’imaginer que les poils sont responsables de la mauvaise odeur de notre sueur, bien au contraire. Une aisselle épilée ruisselle et la transpiration y macère. Et c’est là que ça pue.

Egalement, les poils nous protègent du froid. D’ailleurs, la chaire de poule est un réflexe pilomoteur qui ralentit la circulation de l’air et tente de préserver la chaleur de l’organisme. Ensuite, les poils ont une fonction de protection par le sens tactile. En effet, associés à des terminaisons nerveuses, ils nous permettent d’anticiper des brûlures, des chocs, voire même des papouilles sensuelles.

les-femmes-et-stars-se-laissent-pousser-les-poils-sous-les-aisselles-et-publient-les-photos-sur-instagram-2-300x158

Enfin (et surtout) les poils retiennent les phéromones. Les phéromones sont des substances chimiques, un peu comme des hormones, qui jouent un rôle dans l’attraction sexuelle. Si elles s’évaporent via une aisselle épilée, elles logent volontiers dans une aisselle poilue, ce qui fait d’elle, une aisselle physiologiquement sexy. Idem pour les founettes poilues.

Alors pourquoi en sommes-nous arrivés la ?

D’où vient ce diktat envers poils féminins ? Alors, oui, même à la période de la Grèce Antique, les femmes s’épilaient car les poils étaient considérés comme sales. Ensuite, grosso modo, on leur a foutu la paix. De toutes façons, en Occident, la pudeur étant de mise, ils n’étaient pas visibles. Puis, il y a quelques générations de cela, les jupes se sont raccourcies et le poil aux pattes a fait mouche. Puis, la télévision et les publicités ont pris le relais et le porno, accessible à tous désormais, en a rajouté une couche. Et voilà comment ce diktat s’est largement inscrit nos esprits.

Pourtant, quand on y réfléchit bien…

S’épiler est devenue une norme (imposée) et pour la très large majorité d’entre nous les copines, nous nous y soumettons. Pourtant, non seulement, s’épiler est un acte anti-naturel au possible, mais c’est aussi un acte anti-féministe. En effet, il s’agit d’une pratique d’influence extérieure dictée à toutes les femmes; ce qui nous empêchent, à nous les copines, d’être réellement libre ou non de s’épiler. Antigonexxi, dans son article Jamais sans mon poil, ajoute d’ailleurs,très justement : « Parmi les femmes qui déclarent s’épiler par choix personnel, la plupart ont tout simplement intériorisé des normes sociales qui ne sont plus perçues comme extérieures. » Ne plus s’épiler devient alors un acte militant tant la pensée unique va à son encontre.

[Et c’est comme ça que nous en venons à entendre des phrases absurdes du genre « Alors, on se sent mieux ? » de la bouche de notre esthéticienne jetant ses bandes de cire, un samedi matin, 9h, tandis que nos aisselles nues sont en feu. Bref!]

portraits-de-femmes-aux-aisselles-poilues-poils-sous-les-bras-3
Et si on faisait la paix avec nos poils ?

Mais qu’ont-ils fait de mal à la fin ?! Depuis quelques temps, certaines stars affichent fièrement leurs poils sous les bras: Madonna, Julia Roberts, Miley Cirus, et bien d’autres. Recherche de buzz, acte féministe militant, ou volonté de se sentir libre de cette obligation implicite, après tout, peu importent les raisons. Ce qui compte, c’est que la tendance s’inverse un petit peu, et notre regard va bientôt changer là dessus. Du moins, je l’espère. Pour ma part, je commence même à trouver cela beau.

Les copines, seriez-vous prêtes à regarder vos poils autrement ? Et vous, les copains, accepteriez-vous la vraie nature (poilue) de vos chéries ?

portraits-de-femmes-aux-aisselles-poilues-poils-sous-les-bras-2

Pour aller plus loin:

Je vous propose un site militant contre le diktat des poils ici, et le site du photographe engagé Ben Hopper, qui a fait ses magnifiques clichés de femmes poilues .

[Vive les poilu(e)s, et vive la liberté !]

Publicités

2 thoughts on “Tous au poil !”

  1. Coucou la copine! Super bien documenté ton article sur le poil mais moi je me demande à quel âge on arrête d’être une femme sexy, avec ou sans poil, car toutes les photos de l’article ne présentent que femmes avant 35 ans! Moi je dis qu » il faut en finir avec le diktat de la jeunesse rentrant dans un 38. Ta colloc diurne.

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore cet article simple, court et tout est dit ! Merci pour ces références et explications claire !
    Je suis pour ce genre d’acte militant, féministe et surtout humaniste !
    J’ai parfois du mal à laisser mais poiles, cependant il y ‘a quelque temps déjà, j’ai pris la décision de ne jamais souffrir pour le faire, donc mon vieux bon rasoir fait largement l’affaire quand j’en ai besoin mais oui le mot besoin … enfin …. voiloo Merci encore popo pour ces sujets pertinents j’adhère !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s